La petite histoire du processus créatif dans l’atelier

Aujourd’hui j’ai envie de parler du processus créatif et plus particulièrement du mien. Parce que ça peut peut-être vous intéresser de savoir comment je fonctionne en amont de la création des bijoux, mais aussi parce que ça peut rassurer certains esprits artistiques sur les montagnes russes que peut représenter la création. Petit décryptage des coulisses de la création des bijoux Zo&Më. Attention cette fois c’est un peu long !

Le processus créatif c’est quoi ?

Pour faire simple c’est un processus psychologique qui permet, après plusieurs étapes, d’aboutir à une création, une invention, une innovation. Il faut bien se dire que c’est quelque chose à la portée de tout le monde, tout comme la créativité. Et oui, la créativité on en a tous. Simplement certaines personnes s’en sont servies plus tôt que d’autres selon les étapes de leur vie ou la façon dont elles ont été élevées. Il est clair qu’un enfant grandissant dans une famille d’artistes sera sûrement plus enclin à être créatif qu’un autre n’ayant pas baigné dans cette ambiance stimulante. Mais c’est comme tout, ça peut aussi se travailler et c’est la bonne nouvelle !

Être créatif ce n’est pas pour tout le monde.

FAUX, Archi faux. On a tendance à se dire que ce n’est pas pour tout le monde et qu’on doit différencier les esprits scientifiques des esprits artistiques ou commerciaux. Des cases toujours des cases.
Et bien moi j’ai la preuve qu’on peut être scientifique ET créatif : ma famille. D’un côté la science et le rationnel avec un père médecin, de l’autre un côté artistique avec une mère d’abord médecin (contre son gré) devenue artiste peintre lorsqu’elle a enfin osé s’écouter. Pour autant mon père (cartésien, vous suivez?) avait l’habitude de me créer de petits animaux en mie de pain malaxée, il était d’ailleurs très fort dans les proportions, et ça montre qu’il avait aussi un côté créatif! Ma mère est le concentré même de ces deux univers en apparence opposés.
Donc si vous êtes, je ne sais pas moi, secrétaire ou pompier, ça ne veut pas dire que vous ne pouvez pas faire preuve d’un esprit créatif. Cherchez bien je suis sûre que vous allez trouver des exemples.

Je crois qu’être fille unique a très vite mis mon imagination en action. Pour jouer lorsqu’on est seul, on s’invente un monde à soit avec tout ce qu’on a sous la main, c’est en tous cas le souvenir que j’ai de mes jeux d’enfance. Mes billes avaient toutes des prénoms, et bien sûr il était inconcevable pour moi de risquer de les perdre en jouant dans la cour de l’école contre un autre de mes camarades ! Avec mes animaux Polly Pocket (ahah la belle époque), je me souviens très bien que nous partions en grande randonnée dans l’escalier de la maison familiale, les faisant tous grimper centimètre par centimètre (ça pouvait donc prendre concrètement des heures dans une maison de 2 étages…), et criant à la catastrophe lorsque l’un deux tombait d’un étage dans les tréfonds des chaussures disposées dans l’entrée. Bref vous l’aurez compris, j’étais dans mon monde.

Le processus créatif.

On peut dire qu’il y a 5 étapes dans le processus créatif.
– la problématique, choix du thème
– l’inspiration, recherches de références et informations sur le sujet
– la fermentation, on laisse le tout reposer dans le cerveau et faire son chemin
– le déclic qui finit par se déclencher après plus ou moins longtemps
– la recherche et développement pour tester les idées, les réajuster et aboutir au produit final

Tout ça prend plus ou moins de temps selon les personnes. Vous pourrez lire cet article pour en savoir plus.

Et chez Zo&Më ça se passe comment ?


Lorsque j’étais en dernière année de Bachelor Design à Genève, nous avons eu un workshop sur le processus créatif. Le but était que nous puissions comprendre notre façon de fonctionner afin de travailler plus efficacement. Et ce qui en est ressorti c’est que pour ma part c’est vraiment une étape faite dans la douleur.Bizarre je sais mais c’est comme ça. Je suis rapide pour définir la problématique qui m’intéresse. Je passe ensuite des jours et des jours à ingurgiter tout un tas d’informations, des images d’inspirations, les travaux d’autres artistes, je lis des livres sur le sujet… Et ensuite je laisse poser jusqu’au déclic, et c’est cette étape qui est pour moi très difficile. Mon esprit se pose mille et une questions, il réfléchit non stop aux différentes options, les analyse, les démonte, en cherche d’autres, se décourage, recommence…Quand les autres ont déjà leur idée, chez moi c’est le black out. Et plus la dead line arrive plus je stress et rien ne vient. Et lorsque je suis à bout et accepte de vraiment lâcher prise, la magie opère et mon idée fait son entrée, toute brillante, plus qu’évidente finalement. Elle était là, cachée parmi toutes les autres pensées qui parasitaient mon esprit. Je vous rassure tout le monde ne se prend pas autant le chou que moi. Avec le temps j’ai accepté cette facette de mon processus créatif. Je le vis donc beaucoup moins mal qu’à l’époque et c’est tant mieux.

Concrètement ça donnait quoi ?
                            

Un des projets sur lesquels nous devions travailler était une collaboration avec la marque brésilienne de chaussures Mélissa. Nous devions réinventer la chaussure. Vaste. J’avais vaguement l’idée de créer une chaussure qu’on pourrait personnaliser mais c’était vraiment très flou et sans grand intérêt. La dead line approchait et je n’avais pas la moindre idée de ce que j’allai présenter. Je faisais des tests mais sans but c’était un fiasco à chaque tentative. Et puis un jour en discutant avec une autre élève de ma déprime et de ma colère envers moi-même de ne pas trouver, j’ai fini par exploser et paf, mon concept est sorti. Elle m’a regardé un peu perplexe et m’a dit quelque chose du genre « Bin…tu l’as ton concept là non?! ». Et oui effectivement. En explosant je lui avais permis de sortir. Pour la petite histoire au final j’ai eu une très bonne note et j’ai fait partie des projets choisis par la marque pour être réalisés et commercialisés. Nous avons été invitées à Rio pour la présentation de notre collaboration à la Fashion Week…!!! Comment vous dire que cet épisode de ma vie reste encore aujourd’hui du domaine de l’improbable et du rêve ! (c’est vraiment arrivé?!). Vidéo des fameuses chaussures iciles miennes sont les noires, attention c’est particulier :-). (On en parle de la photo de moi à 24 ans? Le temps court décidément bien trop vite.)

Et maintenant ?


J’ai choisi de vous parler de ça car pas plus tard que la semaine dernière j’ai eu le fameux déclic après un bon mois et demi de prise de chou pour choisir clairement le thème de la prochaine collection. Jeudi j’ai fini par exploser, marre de me prendre la tête et de ne pas trouver de sens au bijoux que j’étais en train de fabriquer. Et puis après une petite insomnie et un réveil à 4h du matin, j’ai saisi mon carnet et j’ai tout écrit. Et là tout s’est éclairé, tout a pris corps, tout s’est lié pour former mon nouveau projet. Et il est beau ce nouveau projet. Si je le mène à terme comme je l’ai imaginé, je serai vraiment très heureuse et fière. Il suffisait qu’encore une fois je sois à bout pour permettre à mon idée de sortir. Et le pire dans tout ça c’est que lorsque j’ai voulu mettre à jour mon rétroplanning de l’année, j’ai découvert que tout était déjà écrit depuis début décembre ! Simplement mon esprit ne l’avait pas encore intégré et digéré et pour moi ce n’était pas acquis, pas clair.

En conclusion

Donc pour tous les créatifs en période de doutes, ne lâchez rien. L’idée est là, vous avez les capacités de faire de grandes choses, il faut juste trouver votre façon de fonctionner pour permettre aux idées d’éclore tout simplement. Le reste suivra. Les idées sont comme une partition, et les techniques à apprendre ou à travailler ne sont que des instruments pour lire et donner corps aux partitions. Alors on se retrousse les manches, on souffle un bon coup et on laisse la magie opérer.

Et vous vous avez un processus créatif différent ? ça m’intéresse d’échanger là dessus avec vous.

4 Replies to “La petite histoire du processus créatif dans l’atelier”

  1. Excellent cet article… ça donne envie de créer !!
    Et trop belles tes chaussures noires…. !!!

    1. Merci ! Qui sait tu te reconvertiras peut-être ?!

  2. Juan le Bourdon futé dit : Répondre

    Très chouette texte Mo. Je te reconnais bien là et je suis content de constater qu’année après année, tu t’assumes et tu es plus confiante.
    Saludos!

    1. Merci beaucoup Juan tes encouragements me vont droit au coeur d’autant que tu sais que je pars de loin niveau confiance en moi lol

Laisser un commentaire